D'après… Francesco Furini

Ce pourrait n'être qu'un sage croquis, l'esquisse d'un tableau à venir. Les contours indécis de la silhouette suggèrent une ébauche; de forts contrastes entre les valeurs structurent l'espace visuel, lignes et formes n'emplissent pas tout l'espace : les coups de fusain semblent brusquement arrêtés pour que se découvre le dessous -un blanc: le dessin de P. Buraglio déçoit les attentes du spectateur; il organise un jeu de formes presque géométriques; on distingue bien une silhouette anthropomorphe, mais c'est l'élan du drapé qui anime le dessin:
de l'oeuvre de Furini, il ne retient que l'épure d'une posture, l'envol d'un manteau : il élide, coupe, retranche, faisant le choix d'un langage plastique minimal.
On ne reconnaît pas Saint Jean sur son dessin ; la silhouette représentée est "défigurée": un masque de gouache blanche lui tient lieu de visage. Ce point blanc est révélateur de la liberté créatrice de P. Buraglio dans son travail "d'après". Il ne copie ni ne répète : il se livre à un libre exercice d'interprétation. Le dessin, "D'après Furini", joue d'ambiguïtés : l'artiste choisit un motif figuratif, une figure presque familière. Reste l'irréductibilité du travail de l'artiste à un exercice figuratif: il y a du bancal et de l'indicible dans cette figure fantomatique ; le personnage n'a d'épaisseur que celle de son manteau, son corps s'étant dissout dans l'obscurité du fond. C'est une figure indéterminée, abstraite. La tache blanche du "non-visage" révèle cette résistance de P.Buraglio à la figure comme dernier lieu du figuratif. L'artiste renvoie le spectateur à l'existence matérielle et formelle du dessin, au statut premier d'objet plastique de toute représentation.
Etonnant paradoxe: l'inexpressivité d'une touche de gouache blanche devient matière à une rêverie démultipliée: Pierrot lunaire ? Acteur solitaire échappé d'une tragédie antique ? Ombre spectrale à la mélancolie inquiète ?... "D'après Furini" est un dessin à rêver autant qu'à regarder, un dessin à improviser. Le regard du masque blanc se porte vers un hors-champ. A la sérénité de l'oeuvre de Furini, l'artiste a substitué l'inquiétude diffuse, l'interrogation. A l'inachèvement plastique du dessin fait écho le caractère énigmatique et protéiforme de sa signification. "D'après Furini", est un moment de plaisir et de jeu - jeu plastique qui déjoue regard et attentes.

D'après… Francesco Furini (Saint Jean l'Évangéliste)
2002
Crayon, pastel maigre
62x 37